Avis 9.48/10 - 7832 AVIS
bons plans
telephone telephone
SERVICE APRÈS-VENTE (SAV)
09 81 88 87 00
Lundi - Jeudi : 9h30-18h30
Vendredi 9h - 16h30
Panier 0 article articles (vide)
VOTRE PANIER

Aucun produit

À définir Livraison
0,00€ Total

VOIR MON PANIER

Produit ajouté au panier avec succès
Quantité:
Total
Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.
Total produits
Frais de port  À définir
Total
Continuer mes achats VALIDER LA COMMANDE
Filtre Atomiseurs

    Type d'atomiseur

    Diamètre

    Fabricant

    Prix

    0 € - 130 €

    Atomiseurs reconstructibles

    Il y a 91 produits.
    Fleuron de la vape avancée, un atomiseur reconstructible est un système d'atomiseur qui nécessite un montage manuel de la résistance. Il n'est donc pas possible de se procurer des résistances de remplacements pour ces systèmes, cette dernière devant être construite à la main. 

    Tout savoir sur les atomiseurs reconstructibles

    Fleuron de la vape avancée, un atomiseur reconstructible est un système d'atomiseur qui nécessite un montage manuel de la résistance. Il n'est donc pas possible de se procurer des résistances de remplacements pour ces systèmes, cette dernière devant être construite à la main.

    Si ce type de vape peut sembler complexe, ce système offre en revanche l'immense avantage de pouvoir façonner sa résistance suivant ses propres spécifications. Autrement dit, vous trouverez dans un atomiseur reconstructible, une vape bien plus précise et adaptée à vos préférences personnelles qu'avec un système pré-monté. Si les premiers montages sur reconstructible sont comme les crêpes (toujours ratées), avec l'habitude vous apprendrez à identifier les types de montages qui correspondent le plus à vos attentes.

    C'est aussi l'occasion d'expérimenter des montages qui n'existent tout simplement pas sur le marché ordinaire de la cigarette électronique. ( Montages multiples extrêmes, montage gaine, montage genesis... etc. ) et de découvrir tout un éventail de nouvelles sensations pendant la vape.

    L'utilisation d'un atomiseur reconstructible c'est aussi des économies supplémentaires, dans la mesure où les matières premières des consommables sont bien plus économiques que les résistances pré-montées. L'équipement de base nécessaire comprend : du fil résistif, un matériau capillaire, un tournevis et une pince coupante. Plusieurs accessoires supplémentaires peuvent s'additionner pour vous aider à faire des montages plus précis ( pince en céramique, gabarit de montage, station de montage avec ohmmètre intégré... etc. )

    Quels sont les types d’atomiseurs reconstructible ?

    Les atomiseurs reconstructible ou RBA (Rebuild-able Atomizer) existent en différent format, ces dependent de leurs caractèristiques propres :

    RDA : Le RDA (rebuildable dripping atomizer) ou dripper, est un atomiseur reconsructible sans réservoir. Le RDA est la forme la plus « simple » de l’atomiseur reconstructible. Cet atomiseur doit être nourri en eliquide directement sur le coil par le haut ou par le bas via une bouteille squonk sur un mod BF (bottom feeder : remplissage par le bas)

    RDTA : Le RDTA (rebuildable dripping tank atomizer) est un atomiseur qui possède un plateau surélevé par rapport au réservoir en « top coil ». Les pattes de cotons viendront dépasser du coil pour s’immerger dans le réservoir afin de nourrir le coton au fur et à mesure.

    RTA (Rebuild-able Tank Atomizer)

    Le RTA est tout simplement un ato reconstructible doté d’un réservoir. Le plateau et le coil sont directement immergé dans l’eliquide de façon permanente.

    Quels sont les avantages des atomiseurs reconstructibles ?

    Prix : Le reconstructible permet de véritables économies sur le long therme. En effet, vous travailler directement sur les matières premières (fil résistif, coton), vous ne payez donc pas la conception de votre résistance. De même les conditionnements de fil résistif et de coton sont bien plus importants que sur une résistance toute faite vous assurant une meilleure rentabilité d’un point de vue rapport quantité/prix.

    Qualité : Le reconstructible permet de sélectionner vous-même vos matières premières, que ce soit en termes de fil résistif et de coton. Vous pouvez ainsi choisir les meilleurs matériaux pour un rendu de vape largement supérieur. A noter que le rendu de saveur et vapeur sera quoi qu’il arrive bien meilleur que sur une résistance déjà faite, même celles qui sont orientées performances présentes sur des atomiseurs type tfv12 etc.

    Réparable : les atomiseurs reconstructibles étant totalement démontables, vous pourrez les réparer beaucoup plus facilement. La plupart des kits d’atomiseurs reconstructible contiennent des pièces détachées (vis, joints, outils etc.).

    Vapez comme vous voulez : Le reconstructible offre une immense variété de vape, bien plus personnalisable que sur un matériel déjà construit. Ainsi, les air flow sont plus précis, et vous pouvez créer des coil dédié au tirage MTL en inhalation indirecte ou des coil orienté power vaping pour produire un maximum de vapeur sur des montage double, triple voir quad coil (soyons fou).

    Une grande évolutivité : Vous ne cesserez jamais de progresser lors de vos créations de coil à mesure que vous saisirez toutes les subtilités de cet art (nombre de spires, spires espacés ou nom, dimensions idéales de fil résistif pour telle ou telle applications etc.).

    Une compatibilité infinie : Vous pourrez adapter vos montages à vos batteries et vos eliquides quels qu’ils soient. De même un seul modèle de fil/coton peut s’utiliser sur tous vos atomiseurs reconstructibles.

    Comment choisir son atomiseur reconstructible ?

    Il existe une multitude d’atomiseurs reconstructibles différents, cependant, certaines caractéristiques sont plus adaptés que d’autres en fonction de votre profil et de la vape désirée.

    Les dripper (RDA) sont particulièrement conseillés pour les débutants, à la fois simple à monter et à utiliser, ils offrent des arômes et une vapeur en inhalation directe excellente comparé à un clearomiseur classique.

    Le plateau de montage :

    Il s’agit d’un point important : tout d’abord, choisir un plateau large et confortable pour le montage (minimum 24mm) pour un débutant. Plus le plateau sera étroit, plus le montage sera minutieux et fastidieux à concevoir. Privilégier également les plateau mono coil pour les débutants, ces derniers fonctionnent avec un seul coil et sont moins complexes à concevoir que les dual coil, quad coil etc.

    L’air flow ou « arrivée d’air » :

    C’est lui qui déterminera le tirage de votre atomiseur. Si vous souhaitez faire un maximum de vapeur, orientez vous vers des atomiseurs possédant de très large arrivée d’air, pour un tirage aérien en inhalation directe (DL : « direct to lung », directe dans les poumons). Si au contraire vous désirez une saveur pure, une vapeur condensée pour un tirage plus resserré, le MTL (« mouth to lung », de la bouche au poumon) ou inhalation indirecte sera plutôt recommandé. Les atomiseurs reconstructibles MTL possèdent souvent des arrivées d’air plus restreintes afin de concentrer la vapeur et les arômes au maximum. L’air flow est visible physiquement sur l’atomiseur, souvent situé à la base mais parfois plus en hauteur ou au niveau du coil.

    La contenance :

    Elle déterminera l’autonomie en eliquide de votre RTA ou RDTA (atomiseur à réservoir), les drippers ou RDA possèdent quant à eux une cuve qui permet de garder une réserve momentané d’eliquide pour nourrir le coil.

    Les atomiseurs reconstructibles peuvent posséder des réservoirs généreux (généralement en pyrex) jusqu’à 8 voir 10 ml pour les plus soacieux.

    Le type d’inhalation :

    Inhalation directe ou DL (direct to lung) : Consiste à inhaler la vapeur directement dans les poumons, généralement avec une grande quantité de vapeur. Ces atomiseurs fonctionnent à haute puissance (au-delà de 35 W) et son gourmand en eliquide pour produire de grand nuage de vapeur. La résistance sera inférieure à 0.5 ohm.

    Certains pratiquent le cloud chasing (figures ou tricks de vape) et d’autre le power vaping (produire un maximum de vapeur) avec ce type de materiel. Généralement, il s’agit d’atomiseur reconstructibles dual coil voir plus mais certains mono coil conviennent très bien surtout s’il propose un large espace de montage.

    Inhalation indirecte ou MTL (mouth to lung) : il s’agit de d’abord aspirer la vapeur avant d’inspirer, un peu à la manière des fumeurs. Cette inhalation privilégie les saveurs à la vapeur et propose un tirage plus serré à des puissances plus raisonnables (entre 10 et 25 w à peu près). Le coil aura alors une valeur comprise entre 1 ohm et 2 ohms à peu près.

    Une inhalation très adaptée aux vapoteurs souhaitant perdre leurs mauvaises habitudes et qui ne veulent pas consommer trop d’eliquide dans la journée. Il s’agit généralement d’atomiseur mono coil avec des espaces de montage restreint pour des coils de petite taille.

    Comment utiliser un atomiseur reconstructible ?

    Un atomiseur reconstructible s’utilise de différentes manières en fonction de son type, tous ont pour point commun de fonctionner avec un fil résistif et du coton organique. Il faudra que le coton soit bien imbibé d’eliquide avant toute utilisation pour éviter le dry burn (goût de brûlé si le coton est sec au moment de la chauffe). Le fil résistif doit être enroulé en spires (tube) puis fixé sur le plateau reconstructible, le coton s’insère ensuite à l’intérieur des spires du coil.

    En bottom feeder, l’atomiseur est nourri en eliquide par le bas via une bouteille squonk présente sur la box BF. Il faudra exercer une pression sur la bouteille squonk pour faire remonter le eliquide directement sur le coton.

    Sur les RTA et RDTA, il faudra remplir le réservoir de l’atomiseur. Le coton sera immergé en partie ou totalement dans le eliquide ce qui permettra de ne pas avoir à le nourrir constamment.

    Pour les dripper (RDA) non BF, il est nécessaire d’ôter la partie haute de l’atomiseur (top cap) ou de venir directement nourrir le coil en eliquide via le drip tip (partie sur laquelle on tire la vapeur).

    Quel atomiseur reconstructible pour débutant ?

    Souvent assez complexes à appréhender au départ, certains atomiseurs reconstructibles semblent bien trop compliqués pour bien débuter. C’est notamment le cas des atomiseurs possédant des plateaux de montage double, triple voir quad coil (un coil représente une résistance toute faite soit un fil résistif enroulé forme de tube).

    Certains types d’atomiseurs sont cependant mieux adaptés aux vapoteurs débutants qui souhaitent mettre un pied dans le monde du reconstructible en douceur :

    Les atomiseurs reconstructibles à mesh : le top pour débuter !

    Depuis quelques années, les atomiseurs reconstructibles nouvelles génération à mesh offrent un premier pas parfait grâce à une conception adaptée aux débutants. Qu’est-ce qu’une résistance mesh ? La résistance mesh est un fil résistif qui, comme sous nom l’indique, se présente sous la forme d’une mèche plate en métal résistif.

    Les résistances mesh possèdent l’avantage d’être pré-faites et n’ont donc pas besoin d’être coupées. Il suffit de les recourber grâce à un outil dédié puis de les fixer sur le plateau pour en profiter. La surface de chauffe du coton et la réactivité sont également meilleures que sur un fil résistif classique alors pourquoi se priver ?

    Inutile donc de se munir d’une tige à coil pour torsader son coil, les mesh offrent une réelle alternative au coil classiques bien plus fastidieux à concevoir. Parmi les atomiseurs mesh reconnues, le kylin M RTA, le Profile Unity RTA et le doom rta mesh.

    Les atomiseurs mono coil, pour débuter en douceur !

    Les atomiseur mono coil ne dispose que de deux posts dans lesquels on insère un coil. Pour information, il existe des coils pré-faits, c’est-à-dire déjà monter en spires (enroulé pour former un coil complet) vous n’aurez plus qu’à insérer votre coton dans le coil pour avoir une résistance complète prête à vaper.

    Les dripper (RDA) sont particulièrement conseillés pour les débutants, à la fois simple à monter et à utiliser, ils offrent des arômes et une vapeur en inhalation directe excellente comparé à un clearomiseur classique.

    Quel atomiseur reconstructible pas cher choisir ?

    Même si la pratique du reconstructible reviendra toujours moins cher sur le long terme que la vape sur des clearomiseurs avec résistances préconçues, il existe des atomiseurs reconstructibles à un prix très avantageux pour ceux qui veulent s’essayer à ce nouveau mode de vape sans trop dépenser. La marque Oumier s’est notamment fait une spécialité pour les atomiseurs reconstructible d’entrée de gamme.

    Côté dripper (ato reconstructible sans réservoir), Pour 10 € à peine, vous pouvez vous offrir le wasp nano RDA BF, un petit atomiseur mono coil bien pratique qui sera parfait pour vos premiers montages. Le dripper blaze, loop rabbit, dead rabbit et serpent bf rda sont également disponibles pour moins de 20€, profitez-en !

    Côté RDTA, le wasp nano RDTA vous offre un réservoir de 2 ml et une cloche en ultem thermorésistant pour des montages mono coil.

    Côté RTA, le wasp nano RTA propose un réservoir de 2 ml pour des montage mono coil.

    Quels outils pour faire du reconstructible ?

    Pour débuter le reconstructibles, il vous faudra quelques outils. Souvent compris dans le kit, ces derniers ne sont pour autant pas toujours tous présents. Pensez à regarder le détail du contenu du kit dans la fiche produit quand vous acheter un atomiseur reconstructible pour savoir quels outils sont présents ou non.

    Impératif pour débuter, les ciseaux et la pince coupante vous permettront de couper votre coton et vos fils résistifs de manière précise. Une pince à bout en céramique ou tweezer et tige à coils sont utiles pour concevoir ses coils. Un tournevis cruciforme et plat de petite taille, sont quant à eux nécessaire pour resserrer les vis et bien fixer votre coil a plateau.

    D’autre outils sont disponibles pour plus de fonctionnalités sur reconstructible.

    Voir notre catalogue d’outils pour atomiseurs reconstructibles

    Quels sont les différents types de fils résistifs ?

    La première chose à voir lorsqu’on choisi son fil résistif, c’est le diamètre de ce dernier. Le diamètre du fil résistif a une influence sur la résistance de ce dernier, l’unité de mesure de la valeur d’une résistance électrique est indiquée en ohm (symbole Ω). Pour faire simple, plus le diamètre du fil est gros, plus celui-ci possèdera une résistance basse (proche de 0Ω) et plus la chauffe sera rapide et la vapeur généreuse. A contrario, plus le fil est fin, plus la résistance est haute, plus la chauffe sera progressive et la vapeur plus restreinte.

    Le diamètre d’un fil résistif est indiqué en Gauge (GA), c’est l’unité de mesure international des câbles électriques. Voici un tableau de conversion des gauges en mm pour vous donner une idée plus précise.

    Le diamètre d’un fil résistif se situe entre 0.15 mm et 0.60 mm, le plus couramment utilisé étant le 0.30 mm.

    Plusieurs paramètres principaux vont déterminer la vape produite par un fil résistif : ses dimensions, la matière utilisée et le « tissage » du fil résistif.

    La matière : Il existe plusieurs matières aux propriétés différentes qui rentre dans la conception des fils résistifs.

    Kanthal A1 : Le plus courants des fils résistifs. Il s’utilise exclusivement en variation tension/puissance et est très facile à travaille, nous le conseillons aux débutants.

    Inox : L’inox permet quant à lui le contrôle de température et la variation tension/puissance. Il est réputé pour offrir de meilleures saveurs que le Kanthal mais est plus difficile à travailler car plus malléable que ce dernier.

    Le nickel : Dédié au contrôle de température, est très malléable et possède un ratio résistif très bas. Difficile à travailler il est souvent fin et demande à faire de nombreux spires pour le rendre efficace. Ce fil ne doit jamais être surchauffé, s’il vire au rouge, il est nécessaire de le changer.

    Le Nichrome :  Ni 80 s’utilise uniquement en wattage variable. Très peu résistif, il possède une très bonne réactivité ce qui lui permet de ne pas demander beaucoup de place sur le plateau reconstructible (peu de spires nécéssaires).

     

    Voir notre catalogue de fils résistifs pour atomiseurs reconstructibles

    Quels sont les différents types de coil ?

    Le microcoil/macrocoil

    Fil constitué d’un seul brin de différent diamètre (exprimé en GA pour gage). Technique consistant à ressérer au maximum les spires de son coil pour qu’elles se touchent afin de créer une surface résistive plus vaste. Ce dernier permet une plus grande surface de chauffe et améliore la vapeur au détriment des saveurs selon pas mal de vapoteurs.

    Attention à bien vérifier que la chaleur se diffuse de l’intérieur vers l’extérieur en pratiquant un dry burn (chauffe à blanc du coil sans coton). Ajuster avec votre pince céramique. A noter : le dry burn permet également de nettoyer votre coil des impuretés, une fois le coton enlevé. Micro ou macro coil, tout dépend simplement du diamètre choisi pour ses spires.

    Clapton, fused clapton et autres fils exotiques :

    Ce type de filage offre une grande vapeur. Ces filages exotiques, proposent un tressage de différents fils résistifs entre eux pour former un fil épais orienté performance pour un max de vapeur. Le clapton est constitué de plusieur « brin » de fil réstistif enroulé les uns sur les autres ce qui rendra un fil plat similaire à une corde de guitare, d’où le nom « clapton wire». Il existe des fils clapton pré-faits mais il est possible d’en créer à l’aide d’un outil spécialisé tel que le daedalus pro.

    Le fused clapton est encore plus épais car constitué de deux brins de fils résistifs en parallèle entouré d’un fil plus fin. Ce dernier vous permet un maximum de vapeur grâce à un fil peu résistif qui offre une meilleure réactivité et une chauffe plus rapide et homogène sur le coton.

    Une infinité d’autres fils exotiques existent, tous les lister ici serait quelque peu fastidieux.

    Voir notre catalogue de fils résistifs.